Logo DEAL

OBSERVATOIRE DE L'HABITAT DE LA MARTINIQUE

Territoire observé

MARTINIQUE 

> Accueil

> Présentation de la martinique

Une population dense à la répartition originale

Avec une population totale de 381 325 habitants en 2013 répartis sur 1 128 km², la Martinique compte 338 habitants au kilomètre carré. Cette population est essentiellement concentrée sur l'étroite frange côtière du fait des difficultés de viabilisation liées aux reliefs vigoureux et accidentés de l'intérieur de l'île.
 
Ce fort déséquilibre conditionne l'aménagement de l'île : la présence de l'habitat est visible dans le paysage, avec une succession de maisons, de cases traditionnelles, d'habitations de fortune et, par endroits, de logements collectifs, largement éparpillés de façon plus ou moins diffuse. 
 
Cette « densité diffuse » trouve localement des accents plus contrastés entre des secteurs très urbanisés et des secteurs dits « plus naturels » et caractérisés par une quasi-absence de bâti. La répartition de l'urbanisation est en effet disparate et on distingue en générale deux zones distinctes :
 
  • d'une part, une zone située au nord d'un axe Fort-de-France – Le Robert qui constitue la partie la plus montagneuse et sauvage de l'île, domaine de la forêt tropicale. Près de la motié de l'île reste non habitée du fait des nombreuses contraintes naturelles. C'est le cas des parties hautes des Pitons et de la Pelée et des Pentes Sèches de l'ouest et du sud. Au nord, il y a une prédominance des reliefs élevés qui avoisinent les 1 400 mètres d'altitude et un volcan actif dénommé la Pelée ;
  • d'autre part, une zone située au sud de cet axe, moins accidentée, plus sèche, et qui regroupe la majorité des installations touristiques. Ainsi, inversement, la population se concentre localement au centre de l'île où la densité de population atteint 960 habitants/km² et même 1 960 habitants/km² à Fort-de-France. Cette concentration urbaine sur des sites aux reliefs vigoureux produit localement des paysages de pentes construites et de vallées verdoyantes qui s'insèrent dans la ville, cernées par l'urbanisation de part et d'autre.